Lundi de Pentecôte: vers le retour de la corvée

Par

Attention, un lundi de Pentecôte peut en cacher un autre. En 2004, à la suite de la canicule de 2003, Jean-Pierre Raffarin avait rétabli le principe de la corvée : travailler sans être payé, comme sous l’Ancien Régime. En 2018, le très moderne Emmanuel Macron envisage de doubler la mise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Qu’est-ce que « la corvée » ? Selon le dictionnaire Larousse, c’est « un travail collectif gratuit qui était dû au seigneur ou au roi par le paysan ». Cet impôt non pécuniaire remonte à l’Ancien Régime. Il pouvait prendre les formes et les justifications les plus variées : récurer les fossés, entretenir les terres, construire les routes, et même, jusqu’en 1955 dans certaines régions françaises, assurer des travaux municipaux pour ne pas payer d’impôts locaux !