Violences policières: la plainte d’un homme à la main arrachée classée sans suite

Par

Le parquet de Bordeaux a classé sans suite la plainte d’Antoine Boudinet, qui a eu la main droite arrachée par une grenade lacrymogène (GLI-F4), lors d’une manifestation des gilets jaunes, le 8 décembre 2018.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le parquet de Bordeaux a classé sans suite la plainte d’Antoine Boudinet, qui a eu la main droite arrachée par une grenade lacrymogène (GLI-F4), lors d’une manifestation des gilets jaunes, le 8 décembre 2018. Son avocat, Me Blanco, avait saisit la justice le 17 décembre pour mutilation volontaire et l’enquête avait été confiée à l’IGPN, la police des polices.