L’hommage au préfet Erignac se dresse entre Macron et les nationalistes corses

Par

Emmanuel Macron est annoncé en Corse, le 6 février, pour assister aux cérémonies marquant le vingtième anniversaire de l’assassinat du préfet Érignac. Un premier voyage officiel sur l'île qui revêt une dimension hautement politique après la victoire des nationalistes, conduits par Gilles Simeoni, aux territoriales.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À l’Élysée, on se garde bien de confirmer une date plusieurs semaines à l'avance. Mais en Corse, le rendez-vous semble déjà gravé dans le granit : Emmanuel Macron se rendra sur l’île le 6 février pour assister aux cérémonies marquant le vingtième anniversaire de la mort du préfet Claude Érignac, assassiné à Ajaccio en 1998. Un voyage officiel, le premier là-bas depuis son élection, qui revêt une dimension particulière après la victoire écrasante des nationalistes aux territoriales, lesquelles ont confirmé le duo Simeoni-Talamoni à la tête de la toute nouvelle collectivité territoriale unique (CTU).