Le référendum d’initiative citoyenne, un outil utile mais partiel pour enrichir la démocratie

Par

La revendication du RIC par les gilets jaunes a suscité beaucoup d’objections. Si certaines trahissent un réflexe élitiste, d’autres sonnent utilement l’alerte pour la préservation des libertés fondamentales. En tout état de cause, le RIC ne réglera pas les problèmes démocratiques posés par la Ve République et le cadre européen. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis que le référendum d’initiative citoyenne (RIC) a été affiché comme une revendication centrale des gilets jaunes, l’ensemble des forces politiques se sont senties obligées d’avancer des propositions pour dépasser le statu quo français. Des controverses classiques ont alors resurgi à propos des mérites de la démocratie directe, dont l'initiative populaire (ou « référendum d’en bas ») n’est qu’une des modalités possibles.