A Nice, Estrosi met en place son «Patriot Act»

Par

Décidé à ouvrir la marche en matière de lutte contre le terrorisme, le député et maire de Nice, Christian Estrosi, a fait voter par son conseil municipal, opposition comprise, une série de mesures exceptionnelles à la suite des attentats de Paris. Certaines d’entre elles inquiètent la section niçoise de la LDH.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Christian Estrosi n’a pas besoin de se prononcer officiellement en faveur d’un Patriot Act à la française. Il a déjà le sien, façon nissarte. Entre deux passages à la télévision, le député et maire UMP de Nice a réuni, lundi 19 janvier, un conseil municipal « extraordinaire » afin de faire voter une série de mesures « exceptionnelles » destinées à renforcer la sécurité des habitants et des forces de l’ordre, à la suite des attentats de Paris. Il a également profité de l'occasion pour faire passer un certain nombre de délibérations qui lui tiennent à cœur depuis longtemps, au risque de prendre certaines libertés... avec les libertés individuelles.