Retraites: la mobilisation évolue, ou l’outil de travail au service de la com’

Par

Alors que la mobilisation contre la réforme des retraites entame sa septième semaine, les initiatives se multiplient pour malmener le pouvoir. Lancer sa robe d’avocat, sa blouse, son bleu de travail, aux pieds des directions et des ministres, chanter, danser... Dans une guerre d’usure, marquer les esprits devient vital pour la survie du mouvement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Elles sont toujours spectaculaires, souvent émouvantes, calibrées pour les réseaux sociaux, et, pour les esprits grincheux, pas plus dangereuses qu’une piqûre de moustique pour le pouvoir en place. Depuis quelques semaines, en relais ou en accompagnement de la grève, différents corps de métier multiplient les performances contestataires, a fortiori à l'occasion des vœux des représentants de l’État, des élus LREM ou des ministres. À chaque fois, il s'agit de mettre en scène son outil de travail, un mouvement lancé par les avocats.