Les propositions des «Atterrés» pour le débat citoyen

Par

Le collectif des Économistes atterrés a publié une quarantaine de propositions pour alimenter l’actuel débat citoyen. Explorations de quelques-unes d’entre elles avec Nathalie Coutinet, enseignante-chercheuse à l’Université Paris-13, et Léo Charles, enseignant-chercheur à l’Université Rennes-2.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

YouTube

Le collectif des Économistes atterrés a publié le 18 février dernier un ensemble de propositions destinées à alimenter le « débat citoyen ». Alors que le « grand débat » organisé par le gouvernement tente d’orienter ce dernier, notamment sur la fiscalité dans un « choix obligé », notamment de réduire les dépenses publiques, le collectif des économistes hétérodoxes propose d’autres voies, avec des propositions qu’ils veulent à la fois « réalisables » et « alternatives ».

Le document explore une quarantaine de propositions autour de dix-huit thèmes, de la justice fiscale aux services publics en passant par la santé, les salaires ou la fiscalité écologique. Nathalie Coutinet, enseignante-chercheuse à l’Université Paris-13, et Léo Charles, enseignant-chercheur à l’Université Rennes-2, explorent quelques-unes de ces propositions.

Concernant la justice fiscale, les « Atterrés » proposent le rétablissement de l’ISF dans sa forme initiale et la création d’un taux marginal de l’impôt sur le revenu à 60 % afin de renforcer la progressivité de l’impôt en France. Les économistes mettent également en avant la nécessité de lutter contre la précarité du travail par un encadrement plus strict des contrats courts et du temps partiel. Pour défendre le système de santé, il faut d’abord défendre son financement, estiment les deux économistes, en s’appuyant sur les cotisations, selon les principes fondateurs de la sécurité sociale, mais aussi investir massivement dans son fonctionnement.

Les propositions des Économistes atterrés pour le débat citoyen

Enfin, les deux économistes défendent l’idée d’une fiscalité écologique, mais estiment qu’elle doit être plus « juste » que celle proposée avant l’hiver par le gouvernement. Les entreprises doivent aussi être mises à contribution et des modulations sociales et territoriales sont envisageables. Plus généralement, les « Atterrés » soutiennent que la fiscalité écologique n’a de sens que dans un cadre général plus propice, notamment la défense du service public du transport et une meilleure répartition des richesses.

Le texte du collectif est consultable ci-dessous et comporte beaucoup d’autres propositions dont les citoyens peuvent s’emparer, dans la discussion actuelle. Il ne s’agit pas pour ces économistes de formuler des « recommandations », mais bien d’ouvrir des pistes de réflexions à un vrai débat démocratique.

Cette émission est également disponible en module audio (à retrouver ici).

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale