A Mayotte, des femmes sous domination et sous emprise

Par

Dans un rapport publié le 12 février, le Défenseur des droits estime que « les droits fondamentaux des Mahorais et des Mahoraises ne sont pas effectifs ». Les femmes, qu’elles soient comoriennes ou de nationalité française, sont particulièrement opprimées.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mamoudzou (île de Mayotte), envoyé spécial.– « L’amour, j’ai appris à le faire à Mayotte, enfin l’amour… je ne sais pas, ce n’est pas comme dans les films, c’est plus physique ! » Posément, en souriant, Céline se confie. Elle a vingt ans, elle est arrivée dans le département français au terme d'une périlleuse traversée depuis une île voisine de Madagascar, Nosy Be.