Malbouffe dans les publicités pour enfants: le gouvernement en défense des lobbys

Par

Selon les informations de Mediapart et Que Choisir, les autorités de santé publique ont retoqué en décembre la charte de bonne conduite des chaînes et des annonceurs, mise en œuvre depuis 2009 et jugée insuffisante. Mais les lobbys et les télés ont réussi à sensibiliser Édouard Philippe à leur cause.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un dossier qui agite secrètement les états-majors des chaînes de télévision depuis plus de six mois. La charte de bonne conduite publicitaire, cosignée en 2014 par six ministres, 36 chaînes et l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP), sous la houlette du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), n’a pas été reconduite comme prévu fin 2018.