Lobbying pharmaceutique: la méthode Servier

Par

Si le groupe Servier a pu si longtemps commercialiser le Mediator, médicament inutile et dangereux, c'est grâce à une stratégie de lobbying scientifique et médical très étudiée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Trente-cinq ans ! Il aura fallu trente-cinq ans pour que soit reconnue l'imposture du Mediator, anorexigène vendu comme traitement du diabète et de l'obésité. Trente-cinq ans pour que Jacques Servier, président-fondateur du groupe qui porte son nom, soit mis en examen pour tromperie et escroquerie par le Tribunal de grande instance de Paris (TGI). Les risques associés aux fenfluramines, la famille chimique du Mediator, étaient connus depuis la fin des années 1980 (voir notre article « Les coupe-faims de Servier : dangereux depuis un demi-siècle »). Deux coupe-faims de cette famille, l'Isoméride et le Pondéral, également produits par Servier, avaient été retirés du marché dès 1997. Pourtant, de 1976 à 2009, près de 5 millions de patients ont consommé du Mediator.