«Le maintien de l’ordre ne doit pas entraver le droit de manifester»

Par

L’ONG dénonce les « tirs intensifs de gaz lacrymogène sur une foule très largement composée de manifestants pacifiques, y compris des enfants et des personnes âgée », observés à Paris, samedi 21 septembre, pendant la marche pour le climat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans un communiqué adressé à la presse au lendemain des marches pour le climat organisées un peu partout en France, la présidente d’Amnesty International, Cécile Coudriou, regrette que la manifestation parisienne « n’ait pas pu se dérouler dans de bonnes conditions, à tel point que des organisations telles que Youth for Climate et Greenpeace France, ont dû se résoudre à appeler les participants à quitter les lieux »