Au procès du RN, le prestataire se noie dans ses frais

Par

Le patron de l’agence Riwal, Frédéric Chatillon, a été entendu jeudi par le tribunal correctionnel dans l’affaire du financement des campagnes des législatives de 2012. L’argent du matériel électoral a boosté ses dépenses personnelles et son utilisation de la carte American Express de l’entreprise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il est arrivé trop combatif, trop souriant, trop sûr de lui. Après avoir essuyé une pluie de questions, durant plus de quatre heures, Frédéric Chatillon a quitté le tribunal en petits morceaux à la fin de son audition, jeudi, pour la troisième semaine du procès du financement du Rassemblement national.