Adoption par des couples homosexuels: les discriminations continuent

Par

Cinq ans après le vote de la loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples homosexuels, seuls quelques couples ont pu accueillir dans leur foyer un enfant pupille de l’État. Les conseils de famille en France privilégient les couples hétérosexuels.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cinq ans après le vote de la loi sur le mariage pour tous l'accès à l'adoption – déjà très long, et incertain –, cela reste encore plus ardu pour les couples d'hommes ou de femmes. Il n'existe pas de statistiques officielles, mais d'après Alexandre Urwicz, président de l'Association des familles homoparentales (ADFH), à peine « quelques familles » ont pu accueillir dans leur foyer un enfant pupille de l’État et « moins de dix », un enfant né à l'étranger.