André Santini relaxé en appel dans l'affaire Hamon

Par

André Santini, le député et maire UDI d'Issy-les-Moulineaux, qui était poursuivi pour détournement de fonds public, recel de faux et prise illégale d'intérêts, a été relaxé aujourd'hui par la cour d'appel de Versailles dans l'affaire de la Fondation Hamon. Il avait été condamné en première instance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

André Santini, le député et maire UDI d'Issy-les-Moulineaux, qui était poursuivi pour détournement de fonds public, recel de faux et prise illégale d'intérêts, a été relaxé aujourd'hui par la cour d'appel de Versailles dans l'affaire de la Fondation Hamon. En première instance, il avait été condamné à deux ans d'emprisonnement avec sursis, 200 000 euros d'amende et cinq ans d'inéligibilité, peine que l'avocat général de la cour d'appel avait à nouveau requise à l'audience.

Charles Pasqua, également poursuivi mais mort avant que la décision ne soit rendue, « aurait été relaxé », a précisé le président de chambre de la cour d'appel.