Prisons: dix ans après l’appel de Clairvaux

Par
Il y a dix ans, dix condamnés à de longues peines rédigeaient un texte dans lequel ils disaient préférer mourir plutôt que de continuer à vivre ainsi. Abdelhamid Hakkar était l’initiateur de ce texte. Les choses ont-elles changé ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Nous, les emmurés vivants à perpétuité du centre pénitentiaire le plus sécuritaire de France (dont aucun de nous ne vaut un Papon) nous en appelons au rétablissement effectif de la peine de mort pour nous. […] Nous préférons encore en finir une bonne fois pour toutes que de nous voir crever à petit feu, sans espoir d’aucun lendemain après bien plus de vingt années de misères absolues. » Il y a tout juste dix ans, de la prison de Clairvaux, dix condamnés à de longues peines rédigeaient un texte dans lequel ils disaient préférer mourir plutôt que de continuer à vivre ainsi.