Le cri d’alarme des travailleuses du sexe

Par

Dans la nuit du 16 au 17 août, Vanessa Campos, jeune femme transgenre et travailleuse du sexe d’origine péruvienne, a été sauvagement assassinée au bois de Boulogne. Les associations dénoncent la passivité des pouvoirs publics face aux violences répétées dont sont victimes les travailleuses du sexe.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Triplement discriminées comme étant prostituées, étrangères et transgenres, les travailleuses du sexe du bois de Boulogne, à Paris, sont victimes de violences répétées, cela dans l'indifférence générale. La mort de Vanessa Campos, tuée par plusieurs hommes armés dans la nuit du 16 au 17 août, fera l'objet d'une marche blanche ce vendredi. Les associations appellent à un sursaut, et dénoncent les effets pervers de la loi sur la prostitution de 2016.