Procès Clearstream: les parlementaires UMP au bord de la crise de nerfs

Par

L'affaire Clearstream fait des vagues jusqu'au Touquet (Pas-de-Calais), où l'UMP organise, jeudi 23 et vendredi 24 septembre, ses Journées parlementaires. En employant le mot de «coupables» pour désigner les prévenus du procès, Nicolas Sarkozy a parasité le rendez-vous de Jean-François Copé (photo) et surtout embarrassé un peu plus des parlementaires déjà divisés sur l'affaire Clearstream. Les sarkozystes sont montés au créneau pour relativiser «un lapsus que n'importe quel Français aurait pu faire». Les villepinistes ont rappelé que le chef de l'Etat «n'était pas M. Dupont». Et de nombreux élus de la majorité ne cachent pas leur gêne par rapport à ce «lapsus qui complique les choses». Quant au premier ministre, il a rappliqué plus tôt que prévu pour rassurer tout le monde sur la solidité du tandem qu'il forme avec Nicolas Sarkozy.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyée spéciale au Touquet