L’Aide sociale à l’enfance du 93 confrontée aux «revenants» mineurs lance un appel

Le service départemental de protection des mineurs s’inquiète du manque de financement public pour la prise en charge des enfants de djihadistes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Que faire avec les enfants (des bébés aux adolescents…) des djihadistes de retour en France ? L’Aide sociale à l’enfance (ASE) de Seine-Saint-Denis, chargée de la protection des mineurs et notamment de leur placement en foyer ou en famille d’accueil, est en première ligne. À elle seule, elle accueille trente-sept des soixante-dix-sept enfants de djihadistes de retour de Syrie. Mais dans quelle conditions ? D’autant que ces petits garçons et ces petites filles « ont pu être obligés d’assister à des exécutions publiques, ont vécu avec des armes à la maison, ont vu des vidéos de propagande », s’alarme la Protection judiciaire de la jeunesse, interrogée par Le Figaro, qui souligne toutefois qu’aucun d’entre eux n’est djihadiste.