Le ministre Mercier et le député UMP Carayon veulent museler un magistrat

Par

Le député (UMP) Bernard Carayon obtient du ministre de la justice Michel Mercier une enquête disciplinaire contre le vice-procureur de Castres, qu’il a dans son viseur. En jeu : la liberté de parole des magistrats à l'audience.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bien qu’étant garantie par la Constitution, la liberté de parole à l’audience dont jouissent les magistrats du parquet est une fois de plus remise en question de manière insidieuse par le ministère de la justice. Selon des informations obtenues par Mediapart, le vice-procureur Philippe Mao, du tribunal de Castres (Tarn), a été convoqué jeudi 26 janvier à l’Inspection générale des services judiciaires (IGSJ) pour se voir reprocher une phrase prononcée lors d’un réquisitoire.