Panneaux solaires: arnaque, cavalerie et 50 millions d'euros évanouis

Par

Près de 50 millions d'euros récoltés, mille personnes dépossédées, 521 plaintes, une information judiciaire ouverte à Marseille: l'affaire que révèle Mediapart est celle d'une cavalerie financière basée sur la vente de panneaux photovoltaïques. Elle raconte aussi comment le chef d'entreprise a bénéficié de la proximité active des deux commissaires aux comptes. Ils sont aujourd'hui poursuivis. L'un d'eux est le président de l'ordre des experts-comptables d'Île-de-France.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est l'histoire d'une cavalerie financière et d’une cécité troublante. Une cavalerie de près de 50 millions d'euros a ruiné de gros investisseurs (jusqu'à 2,5 millions d'euros) et une foule de petits ou tout petits épargnants, à l’image de cette grand-mère dont les 17 000 euros d'économie ont disparu. Quant à la cécité, ou la fascination, elle a frappé la chaîne des autorités précisément chargées de détecter les irrégularités ou les illusions, puis de les combattre : commissaires aux comptes fort bien rémunérés, dont l'un d'eux est président de l'ordre des experts-comptables de Paris-Île-de-France, gendarmes de la bourse, un greffier, un notaire, le tout dans la majestueuse lenteur de la justice.