Les viols commis au sein des classes favorisées échappent aux assises

Par
Une équipe de chercheurs a constaté que 90% des accusés de viols jugés aux assises sont issus des milieux populaires. Or les enquêtes de victimation montrent que le viol touche tous les milieux sociaux de façon à peu près équivalente. Où sont donc passées les classes aisées ? Entretien avec la sociologue Véronique Le Goaziou.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans un livre récemment paru intitulé Le Viol, aspects sociologiques d'un crime, la sociologue Véronique Le Goaziou met en lumière la sous-représentation des milieux aisés dans les affaires de viol jugées aux assises. Ce livre est issu du travail d'une équipe du Cesdip qui s'est penchée sur les affaires de viol jugées aux assises de Paris, Nîmes et Versailles pendant une petite dizaine d'années, épluchant ainsi 425 dossiers judiciaires impliquant 488 auteurs et 566 victimes.