L'emprise renouvelée du politique sur la magistrature

Par
Pour Eva Joly ou Renaud Van Ruymbeke, la réforme annoncée récemment par Nicolas Sarkozy sur la suppression du juge d'instruction vise à empêcher le surgissement des «affaires politico-financières». Auteur d'un livre sur le rôle de ces magistrats dans les scandales politiques, la politiste Violaine Roussel partage cette crainte. Entretien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La suppression du juge d'instruction et son remplacement par un juge de l'instruction seraient « un verrou pour empêcher les enquêtes qui gênent le pouvoir politique », a estimé l'ex-magistrate Eva Joly. Cette « réforme sonne le glas des affaires politico-financières », a insisté Renaud Van Ruymbeke, premier juge d'instruction au pôle financier de Paris. Ces deux figures de magistrats instructeurs se sont imposées dans les années 1990 à travers la montée en puissance des « affaires ».