Dans son approche, Pierre Gattaz s'avance avec une équation très simple, du genre « deux et deux font quatre ». Une analyse purement comptable qui le conduit à réclamer l'abolition du régime des intermittents du spectacle, parce qu'il est déficitaire.