La Corse connaît une «opération mains propres» inédite

Par

Un sénateur et un député de Haute-Corse mis en examen pour atteintes à la probité, un sénateur de Corse-du-Sud cité à comparaître… Dans les cabinets des juges et du procureur de Bastia, de plus en plus d'élus se retrouvent mis en cause dans des affaires de corruption politico-financières.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis l’élection d’un tandem nationaliste à la tête de la Collectivité territoriale de Corse (CTC), le 13 décembre dernier, les Français ont redécouvert l’existence d’une île aux mœurs étranges, à 170 kilomètres au large de la Côte d’Azur(1). Le discours en langue corse de Jean-Guy Talamoni, le nouveau président de l’Assemblée de Corse, lors de l’installation du 17 décembre, conclu par un Evviva a Nazione (vive la Nation) a provoqué une onde de choc sur le “continent”, où l’on est peu habitué à entendre parler une langue régionale dans une enceinte politique.