Pierre Bédier, condamné pour corruption, fait son retour avec le soutien de l'UMP

Par

Condamné pour corruption passive, longtemps inéligible, l'ancien ministre Pierre Bédier fait ce dimanche son retour en politique. Ce chiraquien a décroché l'investiture de l'UMP dans une cantonale partielle à Mantes-la-Jolie et le soutien des barons locaux du parti. Comme si de rien n'était.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La droite a son « équivalent-Cahuzac » et il se présente dimanche aux élections avec l’onction de l’UMP. Son nom : Pierre Bédier, ancien ministre de Raffarin et ex-patron du conseil général des Yvelines, condamné en appel en 2008 pour « corruption passive » et « recel d’abus de biens sociaux » à 18 mois de prison avec sursis, assortis d’une peine de six ans d’inéligibilité (récemment réduite grâce à une modification du Code électoral). En 2004, comme Jérôme Cahuzac, il avait dû démissionner du gouvernement. Ancien paria, le voici qui fait son retour en politique à l’occasion d’une élection cantonale partielle organisée à Mantes-la-Jolie, les 30 juin et 7 juillet prochains. Face à un pedigree pareil, ne faudrait-il pas inventer l’inéligibilité à vie ?