Pierre Bédier, condamné pour corruption, fait son retour avec le soutien de l'UMP

Condamné pour corruption passive, longtemps inéligible, l'ancien ministre Pierre Bédier fait ce dimanche son retour en politique. Ce chiraquien a décroché l'investiture de l'UMP dans une cantonale partielle à Mantes-la-Jolie et le soutien des barons locaux du parti. Comme si de rien n'était.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

La droite a son « équivalent-Cahuzac » et il se présente dimanche aux élections avec l’onction de l’UMP. Son nom : Pierre Bédier, ancien ministre de Raffarin et ex-patron du conseil général des Yvelines, condamné en appel en 2008 pour « corruption passive » et « recel d’abus de biens sociaux » à 18 mois de prison avec sursis, assortis d’une peine de six ans d’inéligibilité (récemment réduite grâce à une modification du Code électoral). En 2004, comme Jérôme Cahuzac, il avait dû démissionner du gouvernement. Ancien paria, le voici qui fait son retour en politique à l’occasion d’une élection cantonale partielle organisée à Mantes-la-Jolie, les 30 juin et 7 juillet prochains. Face à un pedigree pareil, ne faudrait-il pas inventer l’inéligibilité à vie ?

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Attention inflation ! — Analyse
L’inflation alimente le risque d’une crise systémique de l’économie
Avec l’irruption de l’inflation s’engage une nouvelle phase de la crise du capitalisme. Désormais, celle-ci semble totale et multidimensionnelle. En trouver l’issue sera de plus en plus complexe. 
par Romaric Godin
Santé — Analyse
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Le procès des attentats du 13-Novembre
Pourquoi Salah Abdeslam n’a pas convaincu la cour d’assises
Dans son verdict condamnant le dixième homme des commandos de Paris à une peine de perpétuité incompressible, la cour d’assises spéciale souligne « son absence de réflexion réelle » et « sa volonté de ne pas trahir l’État islamique ».
par Karl Laske
Le procès des attentats du 13-Novembre — Chronique
Georges Salines : « Impossible de ne pas me sentir concerné par le sort des accusés »
Pendant toute la durée du procès, sept victimes des attentats ont écrit et décrit leurs sentiments. En ce dernier jour du procès, le père de Lola, assassinée au Bataclan, s’interroge sur le sens des peines prononcées.
par Georges Salines

Nos émissions