Le cabinet de la ministre des armées a un problème de conduite

Un conducteur mis en examen pour trafic d’armes, un autre en permis probatoire et des accusations répétées de malmener le droit du travail : depuis la réorganisation en 2020 de son équipe de chauffeurs, une certaine confusion semble régner au cabinet de Florence Parly.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

La nouvelle, en soi, était déjà préoccupante. Trois sous-officiers français (ainsi que deux retraités de l’armée, dont un officier supérieur) ont été interpellés en janvier 2021 par la Brigade de répression du banditisme dans le cadre d’une vaste opération de démantèlement d’un trafic d’armes présumé.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal