Justine Brabant

Ses Derniers articles

  • Génocide des Tutsis: les années de faillite de la justice française

    Par
    Emmanuel Macron a reçu les représentants de l'association Ibuka France à l'Elysée, ce vendredi 5 avril. © Reuters Emmanuel Macron a reçu les représentants de l'association Ibuka France à l'Elysée, ce vendredi 5 avril. © Reuters

    Emmanuel Macron a promis le 5 avril que la justice allait être enfin dotée des moyens nécessaires pour juger les personnes suspectées de génocide vivant des jours tranquilles en France. Dans ce contexte, des juges racontent pour la première fois à Mediapart l’impossibilité qu’ils ont rencontrée pendant des années à travailler ces dossiers.

  • Au Rwanda, la solitude des Justes

    Par
    Damas Gisimba a protégé des enfants tutsis dans son orphelinat. © Justine Brabant Damas Gisimba a protégé des enfants tutsis dans son orphelinat. © Justine Brabant

    Alors que leurs voisins éliminaient systématiquement les Tutsis, eux ont choisi de les sauver. Comment leur rendre hommage ? Vingt-cinq ans après le génocide, la place réservée par les Rwandais à leurs « Justes » incarne les tiraillements d’une société aux plaies encore à vif.

  • La RDC en guerre fait face à la deuxième plus grande épidémie d’Ebola de l’histoire

    Par
    Une survivante d'Ebola tient dans ses bras un enfant suspecté d'être atteint du virus à Beni, dans la province du Nord-Kivu, le 15 décembre. © Reuters Une survivante d'Ebola tient dans ses bras un enfant suspecté d'être atteint du virus à Beni, dans la province du Nord-Kivu, le 15 décembre. © Reuters

    La deuxième plus grande épidémie d’Ebola jamais enregistrée sévit actuellement à l’est de la République démocratique du Congo, où elle a déjà fait 313 morts. C’est la première fois qu’une telle épidémie survient en zone de guerre, nourrissant les craintes d’attaques d’équipes de santé par les groupes armés. Mais, paradoxalement, les violences contre les humanitaires viennent surtout de civils.

  • Europe: les consultations citoyennes de Macron parlent surtout aux convaincus

    Par et

    Elles devaient permettre d’imaginer l’« Europe de demain » : des centaines de consultations citoyennes se tiennent en France jusqu’à fin octobre pour réconcilier les Français avec l’UE. Mediapart s’est rendu à Dieppe, Issy-les-Moulineaux et Strasbourg pour écouter ces débats que l’Élysée promettait « sans tabous ». Mais ces panels citoyens ont surtout rassemblé habitués de l’Europe et militants LREM.

  • Le Maire et Juppé en soutien des ouvriers de Ford Blanquefort

    Par et
    Devant l'usine Ford de Blanquefort, le 11 juillet 2018. © Justine Brabant Devant l'usine Ford de Blanquefort, le 11 juillet 2018. © Justine Brabant

    Ford ne souhaite pas qu’un repreneur sauve son usine de Blanquefort, près de Bordeaux, que le groupe américain compte fermer. Le ministre de l’économie et le maire de Bordeaux s'indignent et annoncent soutenir les ouvriers. À la tête de cette fronde, Philippe Poutou, délégué CGT et candidat NPA à la présidentielle, savoure.

  • Place Stalingrad, le crack à ciel ouvert

    Par
    A Paris, le 19 septembre 2018. © Mediapart / Justine Brabant A Paris, le 19 septembre 2018. © Mediapart / Justine Brabant

    Alors que la consommation de crack ne cesse d’augmenter en France, la place de la Bataille-de-Stalingrad, lieu historique à Paris de consommation et de revente, concentre les problématiques associées à cette drogue hautement addictive : difficile cohabitation avec les riverains, violences liées à la grande précarité des usagers, politiques de « nettoyage » de l’espace public aux effets parfois paradoxaux. De l’avis du maire du XIXe arrondissement, l’été y a été « particulièrement compliqué ».

  • Les arrêtés anti-mendicité, ou comment cacher la misère des centres-villes

    Par
    À Cannes, le 16 octobre 2016. En 2009, la municipalité UMP de la ville avait pris un arrêté anti-mendicité visant la mendicité « agressive ». © Reuters À Cannes, le 16 octobre 2016. En 2009, la municipalité UMP de la ville avait pris un arrêté anti-mendicité visant la mendicité « agressive ». © Reuters

    Remis en lumière cet été par le maire LREM de Besançon, les arrêtés anti-mendicité existent en France depuis les années 1990. Régulièrement retoqués par la justice administrative, ils demeurent néanmoins un outil privilégié des municipalités de droite soucieuses de satisfaire les commerçants et riverains de leurs centres-villes.

  • Climat: des dizaines de milliers de manifestants en France, et l’espoir d'un sursaut

    Par
    Dans le cortège de la Marche pour le climat, Paris, le 8 septembre 2018. © Mediapart / Justine Brabant Dans le cortège de la Marche pour le climat, Paris, le 8 septembre 2018. © Mediapart / Justine Brabant

    Des organisations de 90 pays manifestaient aujourd’hui sous le mot d'ordre #RiseForClimate, « Dans nos rues pour le climat ». En France, la démission fracassante de Nicolas Hulot a donné une impulsion inédite au mouvement, qui a réuni plus de cent mille personnes, selon les ONG.

  • Pourquoi le choléra n’est toujours pas éradiqué

    Par
    Un réfugié rohingya reçoit un vaccin oral contre le choléra, au Bangladesh, le 17 octobre 2017. © Reuters Un réfugié rohingya reçoit un vaccin oral contre le choléra, au Bangladesh, le 17 octobre 2017. © Reuters

    Le retour de la maladie en Algérie rappelle que même les pays dotés d’infrastructures solides ne sont pas à l’abri de cas dits « importés ». Le choléra tue surtout dans les pays pauvres comme Haïti, ou en guerre comme le Yémen. Si plusieurs avancées scientifiques ravivent l’espoir, la bataille est aussi politique.

  • Yémen: face aux possibles crimes de guerre de la coalition, Paris se tait

    Par
    Un homme devant les dégâts causés par un bombardement à Amran, Yémen, le 25 juin 2018. © Reuters Un homme devant les dégâts causés par un bombardement à Amran, Yémen, le 25 juin 2018. © Reuters

    Le très lourd bilan humanitaire des frappes de la coalition intervenant au Yémen sous commandement saoudien, documenté par un rapport de l’ONU publié le 28 août, cause de vifs débats chez certains alliés de Riyad – dont les Américains –, mais guère en France.