Justine Brabant

Ses Derniers articles

  • Victimes collatérales de l’armée française: au Mali, la grande hypocrisie

    Par
    Les certificats de décès de la femme et des trois enfants d'Idrissa Maiga. © DR Les certificats de décès de la femme et des trois enfants d'Idrissa Maiga. © DR

    Au nom du respect des civils victimes de conflits armés, l’armée française se targue de verser des indemnisations financières à ses « dommages collatéraux ». Sauf au Mali, où la France – en guerre depuis 2013 – a choisi de laisser les autorités maliennes réparer les dégâts commis par ses soldats. Mais le système n’a jamais fonctionné.

  • Victimes collatérales de l’armée française: les coulisses de dédommagements secrets

    Par
    Narcisse Mbetinguiza, un chauffeur de taxi centrafricain, à Bangui, le 13 janvier 2018. © JB Narcisse Mbetinguiza, un chauffeur de taxi centrafricain, à Bangui, le 13 janvier 2018. © JB

    La pratique est fréquente mais quasi inconnue : les militaires français versent régulièrement des indemnisations financières à leurs « dommages collatéraux » – le plus souvent des civils étrangers. Même les parlementaires n’ont pas de droit de regard sur cet argent public. Il s’agit pourtant du sort que notre pays réserve à ceux qu’il blesse, tue ou prive de ses biens. Mediapart dévoile les coulisses de ces accords amiables.

  • Covid-19: les fables de la «grande muette»

    Par
    Emmanuel Macron, en visite à l'hôpital de campagne de Mulhouse, le 25 mars. © AFP Emmanuel Macron, en visite à l'hôpital de campagne de Mulhouse, le 25 mars. © AFP

    Derrière une communication cadenassée, les documents et témoignages recueillis par Mediapart démontrent que depuis le début de la crise sanitaire, l’armée française multiplie les approximations et mensonges par omission. Au risque de propager le virus, des marins testés positifs ont été autorisés à rentrer chez eux. Quant à l’hôpital de campagne de Mulhouse, archi-médiatisé, il n’avait, le 21 avril, accueilli que 46 patients.

  • Covid-19: le commandement du «Charles-de-Gaulle» a été dépassé par l’épidémie

    Par
    Deux militaires français sur le «Charles-de-Gaulle», le 12 avril, à Toulon. © Christophe SIMON/AFP Deux militaires français sur le «Charles-de-Gaulle», le 12 avril, à Toulon. © Christophe SIMON/AFP

    Les 1 750 marins du porte-avions Charles-de-Gaulle ont débarqué à Toulon, dimanche, après que leur mission a été écourtée par une épidémie de Covid-19. Le ministère des armées assure que toutes les précautions ont été prises à bord afin de limiter la propagation du virus, et notamment que tous les marins présentant des symptômes ont été isolés de l’équipage. Selon les informations de Mediapart, ce n’est pas le cas.

  • Coronavirus: le drôle de «confinement» des militaires

    Par
    Évacuation sanitaire vers l’Allemagne à bord d'un NH90 des armées françaises, samedi 28 mars, dans le cadre de l'opération Résilience. © Tânhao STADEL/Ministère des armées Évacuation sanitaire vers l’Allemagne à bord d'un NH90 des armées françaises, samedi 28 mars, dans le cadre de l'opération Résilience. © Tânhao STADEL/Ministère des armées

    Alors que l’armée française a annoncé que quatre officiers de l’opération Barkhane au Sahel étaient infectés, les militaires sont « confinés » à 500 dans certains régiments, sans moyens d’hygiène et de protection suffisants. Face à la colère qui monte dans les rangs, le ministère des armées et les commandants d’unité tentent de verrouiller la communication.

  • Coronavirus: l’armée a tardé à prendre des mesures drastiques pour ses soldats

    Par

    Le ministère des armées compte à ce jour « plusieurs dizaines » de cas de contamination parmi ses employés. Afin de freiner l’épidémie, Balard assure appliquer « très rigoureusement » en interne les recommandations. Des témoignages indiquent le contraire.

  • Coronavirus: appelés en renfort, les soignants du service de santé des armées sont déjà «épuisés»

    Par

    Annoncé en grande pompe par Macron, le renfort du Service de santé des armées aux soignants sera surtout symbolique, celui-ci ne représentant qu’une infime proportion des capacités médicales françaises et ayant été affaibli ces dernières années par des réductions d’effectifs.

  • Génocide des Tutsis: les années de faillite de la justice française

    Par
    Emmanuel Macron a reçu les représentants de l'association Ibuka France à l'Elysée, ce vendredi 5 avril. © Reuters Emmanuel Macron a reçu les représentants de l'association Ibuka France à l'Elysée, ce vendredi 5 avril. © Reuters

    Emmanuel Macron a promis le 5 avril que la justice allait être enfin dotée des moyens nécessaires pour juger les personnes suspectées de génocide vivant des jours tranquilles en France. Dans ce contexte, des juges racontent pour la première fois à Mediapart l’impossibilité qu’ils ont rencontrée pendant des années à travailler ces dossiers.

  • Au Rwanda, la solitude des Justes

    Par
    Damas Gisimba a protégé des enfants tutsis dans son orphelinat. © Justine Brabant Damas Gisimba a protégé des enfants tutsis dans son orphelinat. © Justine Brabant

    Alors que leurs voisins éliminaient systématiquement les Tutsis, eux ont choisi de les sauver. Comment leur rendre hommage ? Vingt-cinq ans après le génocide, la place réservée par les Rwandais à leurs « Justes » incarne les tiraillements d’une société aux plaies encore à vif.

  • La RDC en guerre fait face à la deuxième plus grande épidémie d’Ebola de l’histoire

    Par
    Une survivante d'Ebola tient dans ses bras un enfant suspecté d'être atteint du virus à Beni, dans la province du Nord-Kivu, le 15 décembre. © Reuters Une survivante d'Ebola tient dans ses bras un enfant suspecté d'être atteint du virus à Beni, dans la province du Nord-Kivu, le 15 décembre. © Reuters

    La deuxième plus grande épidémie d’Ebola jamais enregistrée sévit actuellement à l’est de la République démocratique du Congo, où elle a déjà fait 313 morts. C’est la première fois qu’une telle épidémie survient en zone de guerre, nourrissant les craintes d’attaques d’équipes de santé par les groupes armés. Mais, paradoxalement, les violences contre les humanitaires viennent surtout de civils.