La nouvelle recherche de financement de Le Pen conduit en Suisse et au Liban

Par

En pleine campagne présidentielle, le trésorier du Front national a été en discussion avec un homme d’affaires spécialisé dans le commerce d’or et de diamants pour obtenir – au moins – un prêt de cinq millions d'euros. L'objectif: financer la campagne de Marine Le Pen.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le rendez-vous s’est déroulé dans le plus grand secret, dans un café de l'avenue Franklin-Roosevelt, dans le VIIIe arrondissement de la capitale. Autour de la table cet après-midi-là, le trésorier du FN, Wallerand de Saint-Just, le garde du corps de Marine Le Pen, Thierry Légier, et deux hommes d’affaires. Nous sommes le 1er mars 2017. Alors que la campagne présidentielle bat son plein, la présidente du FN multiplie les visites à l’étranger. Elle revient tout juste d’une première visite officielle au Liban, où elle a des réseaux importants.