« Rappel à la loi » : un ravalement de façade opportuniste

Par

En remplaçant le rappel à la loi par un « avertissement pénal probatoire », le gouvernement se construit à peu de frais une image de fermeté et donne satisfaction aux syndicats de police. Quitte à ne pas changer grand-chose. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour succéder aux rappels à la loi, supprimés sans solution de rechange en mai, sous la pression des syndicats de police, Éric Dupond-Moretti a officialisé dimanche, dans les colonnes du Figaro, la création d’un nouveau concept : « l’avertissement pénal probatoire ».