Camille Polloni

Consulter ici ma déclaration d'intérêts. 

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Le couvre-feu, un outil en voie de banalisation 

    Par

    Déclaré en Guadeloupe et en Martinique cette semaine, l’usage du couvre-feu est resté très ciblé en France jusqu’à l’état d’urgence sanitaire de 2020. Il a toutefois été utilisé pendant la guerre d’Algérie, en 2005 et localement par certains maires, au nom de la lutte contre la délinquance des mineurs. 

  • Meurtre de Sarah Halimi : une commission d’enquête dévoyée par son président 

    Par
    Meyer Habib, à gauche, lors du rassemblement pour demander « justice pour Sarah Halimi » à Paris, le 25 avril 2021. © Photo Nicolas Portnoi / Hans Lucas via AFP Meyer Habib, à gauche, lors du rassemblement pour demander « justice pour Sarah Halimi » à Paris, le 25 avril 2021. © Photo Nicolas Portnoi / Hans Lucas via AFP

    Le député Meyer Habib (UDI) dirige les travaux d’une commission d’enquête sur l’affaire Sarah Halimi, dont il n’admet pas la conclusion judiciaire. Imposant son opinion lors des auditions, le député a aussi posté sur Facebook des éléments confidentiels. D’après nos informations, le président de l’Assemblée nationale l’a rappelé à l’ordre. 

  • Malaise dans la justice : un tiers des magistrats français signe une tribune d’alerte

    Par et
    Des magistrats manifestent contre les actions du ministre de la justice, Éric Dupond-Moretti, visant le parquet national financier et l'École nationale de la magistrature devant le palais de justice de Toulouse, le 24 septembre 2020. © Photo Adrien Nowak / Hans Lucas via AFP Des magistrats manifestent contre les actions du ministre de la justice, Éric Dupond-Moretti, visant le parquet national financier et l'École nationale de la magistrature devant le palais de justice de Toulouse, le 24 septembre 2020. © Photo Adrien Nowak / Hans Lucas via AFP

    Après le suicide d’une de leurs collègues, fin août, 3 000 magistrats et une centaine de greffiers dénoncent à visage découvert leurs conditions de travail. Par cette initiative inédite, ils regrettent d’être pris dans « un dilemme intenable : juger vite mais mal, ou juger bien mais dans des délais inacceptables ». 

  • Haine des mineurs étrangers : des amendes requises contre Zemmour et CNews

    Par
    Mohamed, mineur guinéen rencontré par Mediapart à bord du navire de SOS Méditerranée en février 2021. © Nejma Brahim Mohamed, mineur guinéen rencontré par Mediapart à bord du navire de SOS Méditerranée en février 2021. © Nejma Brahim

    Le parquet de Paris a requis des amendes, mardi, contre Éric Zemmour et la chaîne de Vincent Bolloré pour « injure à caractère raciste » et « provocation à la haine ». En septembre 2020, le chroniqueur avait qualifié les mineurs étrangers non accompagnés de « voleurs », « violeurs » et « assassins ».

  • Ultradroite : cinq « Zouaves » jugés pour l’attaque d’un bar antifasciste à Paris 

    Par

    Un an et demi après une descente dun groupe dultradroite baptisé les Zouaves au Saint-Sauveur, QG des antifascistes parisiens, le parquet a requis six et dix mois de prison ferme contre deux des prévenus pour violences et dégradations en réunion. L’enquête n’a pas permis d’établir la présence des trois autres. 

  • Messes sans masques : des amendes pour les prêtres

    Par
    Capture d’écran de la vidéo dans laquelle on voit les participants à la messe à l’église Saint-Eugène-Sainte-Cécile, à Paris, le 3 avril 2021. © DR Capture d’écran de la vidéo dans laquelle on voit les participants à la messe à l’église Saint-Eugène-Sainte-Cécile, à Paris, le 3 avril 2021. © DR

    Pendant la « troisième vague » de Covid, en avril dernier, des messes de Pâques ne respectant pas les consignes sanitaires se sont tenues dans des églises traditionalistes à Paris et à Reims. D’après nos informations, les enquêtes judiciaires se sont conclues par des amendes. Un prêtre a également été sanctionné par l’Église catholique. 

  • Après la mort de Souheil El Khalfaoui lors d’un contrôle de police, sa famille réclame « la vérité » 

    Par
    Captures d’écran de vidéos amateurs du contrôle policier dans lequel Souheil El Khalfaoui a trouvé la mort à Marseille, le 4 août 2021. © Photomontage Mediapart Captures d’écran de vidéos amateurs du contrôle policier dans lequel Souheil El Khalfaoui a trouvé la mort à Marseille, le 4 août 2021. © Photomontage Mediapart

    Souheil El Khalfaoui, 19 ans, a été tué au volant de sa voiture au cours d’un contrôle à Marseille en août. Dubitative sur la légitime défense plaidée par les policiers, la famille du jeune homme réclame la désignation d’un juge d’instruction et un accès à l’enquête. Elle a découvert l’intervention des pompiers dans un reportage télévisé.

  • « Un bicot, ça nage pas » : un policier plaide la « blague de mauvais goût » 

    Par
     © Twitter Taha Bouhafs © Twitter Taha Bouhafs

    Le parquet de Bobigny a requis quatre mois de prison avec sursis et 1 000 euros d’amende contre un gardien de la paix de 26 ans qui avait traité de « bicot » un Égyptien rescapé de la Seine en avril 2020, à L’Île-Saint-Denis.  

  • Un commissaire de police s’excuse, il est mis au placard 

    Par
    Capture d’écran de la vidéo montrant une femme qui proteste contre l’interpellation de son fils et qui reçoit un jet de gaz lacrymogène en plein visage de la part d’un policier. Capture d’écran de la vidéo montrant une femme qui proteste contre l’interpellation de son fils et qui reçoit un jet de gaz lacrymogène en plein visage de la part d’un policier.

    Pour apaiser les tensions dans le quartier des Tarterêts, début septembre, le commissaire de Corbeil-Essonnes a pris la parole lors d’une réunion publique et présenté ses excuses à une mère de famille qui avait été gazée par un policier. Depuis, il est déchargé d’une partie de ses fonctions et poussé vers la sortie. 

  • Mort de Steve à Nantes : l’ex-préfet de Loire-Atlantique mis en examen

    Près de deux ans et demi après la mort de Steve Maia Caniço à la suite d’une intervention de police au bord de la Loire, le préfet Claude d’Harcourt a été mis en examen pour homicide involontaire. Son directeur de cabinet et le commissaire chargé des opérations l’ont été avant lui.