Libye, l’urgence d’une enquête officielle

Par

Notre enquête sur les liens financiers Kadhafi/Sarkozy montre une possible entreprise de corruption massive, par une puissance étrangère, d'un ministre français devenu président de la République et, aujourd'hui, candidat à un second mandat. D'où la nécessité impérieuse d'ouvrir des investigations officielles.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il faut prendre la mesure exacte de l'enquête que nous publions sur les liens financiers entre le régime Kadhafi et Nicolas Sarkozy (elle est à lire ici). De quoi s'agit-il ? D'une possible entreprise de corruption massive, par une puissance étrangère, d'un ministre français devenu président de la République et, aujourd'hui, candidat à un second mandat. Disons-le clairement : c'est du jamais vu. Jamais un journal d'information n'a été en mesure de publier un tel document, qui dévoile les coulisses de négociations liées à la politique et aux affaires, et fait ouvertement état de financements politiques illégaux voire d'enrichissements privés.