Pourquoi la rue est amorphe

Par Nicolas Lebourg

Pour l'historien Nicolas Lebourg, la stratégie de « dédiabolisation » du Front national n'est pas la seule explication à l'absence de grandes manifestations contre la présence de l'extrême droite au second tour : s'y ajoutent la crise de l'antiracisme et les divisions de la gauche.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis plusieurs jours, on s'étonne de l'absence de grandes manifestations anti-FN équivalentes à celles de 2002 – parfois, il faut en convenir, de la part de ceux qui auraient moqué d'un air hautain la « farce » d'un « antifascisme dépassé » qui « ferait le jeu de Marine Le Pen »… Globalement, les observateurs voient dans cette différence entre les deux dates la preuve de la « dédiabolisation » du parti.