La justice française, une machine à blanchir

Par

L’un des plus grands scandales politico-financiers de la Ve République n'est plus qu’un gros fait divers. En ayant effacé tout le volet politique de l'affaire Bettencourt, la justice démontre une fois de plus qu'elle est profondément malade de ses dysfonctionnements et dépendances.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il ne reste donc plus de l’affaire Bettencourt, l’un des plus grands scandales politico-financiers de la Ve République, qu’un gros fait divers : une vieille dame dépouillée par quelques habiles margoulins. Financement illégal de la politique ; distribution de prébendes et de médailles ; pressions sur la justice ; scandale politique : les magistrats-effaceurs sont passés et rien de tout cela n'existe plus désormais. La double relaxe prononcée ce jeudi 28 mai au bénéfice d'Éric Woerth – malgré des attendus sévères –, comme le non-lieu accordé il y a quelques mois à Nicolas Sarkozy dans cette même affaire – et accompagné là encore d'attendus sévères –, nous montre une fois de plus que la justice est bien à l'image de notre démocratie. Profondément malade.