Marine Le Pen face à son premier coup d'arrêt

Par

La cour d’appel de Versailles a rejeté mardi l’appel du Front national et confirmé la suspension de son congrès « postal ». Après ce troisième revers judiciaire face à Jean-Marie Le Pen, et cinq mois de crise interne, le FN connaît pour la première fois un essoufflement de sa dynamique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Il y a de très bons juristes au Front, sauf qu’ils ont dû rater leurs UV de droit des partis politiques, droit des associations et finances publiques. » Cette phrase d'un cadre du parti résume l'amateurisme avec lequel le Front national a géré le conflit qui l'oppose à Jean-Marie Le Pen. Lorsqu’elle a ouvert les hostilités, en avril, Marine Le Pen n’avait sans doute pas prévu que la suspension de son père la mènerait à cinq mois de bataille politique et judiciaire à l’issue hasardeuse pour son parti.