Budget 2010: un vote marqué par la grogne de la majorité et l'impuissance

Par
L'Assemblée nationale a adopté mardi le volet “recettes” du projet de loi de finances pour 2010. Mais les réserves et critiques émises par les députés de la majorité ont démontré une défiance sourde à l'endroit de l'exécutif. Plusieurs parlementaires se sont abstenus, dont Pierre Méhaignerie, président de la commission des affaires sociales, et vingt-deux autres élus de l'UMP et du Nouveau centre. Le bouclier fiscal agit désormais comme un chiffon rouge. Ce n'est pas encore une révolte. Mais ce n'est plus un soutien franc et massif.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans son volet “recettes”, et par 316 voix contre 227, le projet de loi de finances pour 2010 a été adopté hier en fin d'après-midi par l'Assemblée nationale. La sécheresse du vote est pourtant loin de refléter, ni le réel rapport de forces dans l'hémicycle, ni la portée de la discussion qui – pendant une semaine – aura occupé la représentation nationale avant que le texte ne file au Sénat. Deux épisodes, hier, permettent de mieux comprendre ce qu'il en est véritablement.