Comment le député Grosdidier a subventionné sa propre association

Par

François Grosdidier, député puis sénateur UMP, a utilisé sa « réserve parlementaire » pour financer sa propre association. Ce système, qui permet aux députés de distribuer 90 millions d'euros de subventions, favorise le mélange des genres et le clientélisme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un circuit de subventions publiques d'une opacité peu républicaine : chaque année, députés et sénateurs arrosent des associations ou collectivités de leur choix en piochant dans la « réserve parlementaire » (une ligne budgétaire mise à leur disposition par le gouvernement). Le montant de cette cagnotte cette année : 130 000 euros minimum par député (90 millions d’euros pour l’ensemble de l’Assemblée).