Le marché du travail de plus en plus précaire

Par

L'Insee publie sa photographie du marché du travail en 2014. Elle est noire, comme les précédentes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Chaque année, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) livre « une photographie » du marché du travail de l’exercice écoulé. Un panorama de la crise, de ses effets sur l'emploi, sur une année. Celui de 2014 vient de tomber et il est comme les précédents : sombre. On y découvre l’ampleur des conséquences de la crise de 2008 et des politiques d’austérité conduites depuis. On y mesure la précarisation galopante du marché du travail, le fort sous-emploi chez les femmes et les jeunes qui voudraient travailler plus mais doivent se contenter de miettes de boulot. On y constate l’ampleur du chômage qui ne connaît pas la baisse. En hausse chez les jeunes, il est de longue durée chez les seniors quand ces derniers ne sortent pas découragés des statistiques du chômage au sens du BIT (Bureau international du travail). C’est la définition sur laquelle s'appuie l'Insee qui a des méthodes de calcul radicalement différentes de Pôle emploi.