Le cardinal Barbarin: «Pourquoi on me reproche d’avoir cru le père Preynat?»

Par Mathieu Périsse (We Report)

Lors du premier jour de son procès en appel, le cardinal Barbarin s’est attaché à rejeter sur d’autres la responsabilité de son silence sur les agressions sexuelles commises par un prêtre de son diocèse. Pour lui, les faits portés à sa connaissance n’étaient pas suffisamment précis pour saisir la justice.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des erreurs, mais pas de faute. Jugé en appel à Lyon, Philippe Barbarin a répété jeudi qu’il ne comprenait pas les raisons de sa condamnation. « Je n’arrive pas à voir en quoi je serais coupable ou les faits que l’on me reproche », a-t-il déclaré au président de la cour Éric Seguy en préambule. « J’ai agi en fonction de mon autorité à moi, Rome », a également réaffirmé le cardinal Barbarin, aujourd’hui en retrait des affaires du diocèse de Lyon.