La réforme du lycée professionnel valorise surtout l’apprentissage

Par

Le ministre de l’éducation a présenté le 28 mai sa réforme de l’enseignement professionnel, sa « deuxième priorité » après le primaire. Il espère rendre cet enseignement plus lisible et attractif. Mais la volonté appuyée de rapprochement avec l’apprentissage fait craindre à plusieurs acteurs du secteur une transformation qui manque d’envergure.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans la cour du ministère de l’éducation nationale stationne une tractopelle. Jean-Michel Blanquer n’a pas hésité à grimper dedans et à poser pour les photographes. Dans une autre salle, un peu plus loin, deux jeunes filles exposent les chapeaux qu’elles ont confectionnés. Un autre élève fait une démonstration de tapisserie. Le ministre a déambulé à travers ces petits stands un peu avant sa conférence de presse, histoire de montrer son intérêt pour la question. Le défi du jour est de taille : il faut valoriser la voie professionnelle et montrer sa diversité. Jean-Michel Blanquer a assuré avec beaucoup de solennité qu’il s’agit pour lui de « l’un des jours les plus importants » de son mandat. Il s’agit de la « deuxième priorité » ministérielle après l’école primaire. Le 28 mai, elle a eu droit à la présentation de sa propre réforme.