Dans le Val-de-Marne, la chute finale du PCF

Par

Le scénario redouté a eu lieu : le 94 passe à droite, laissant le parti de Fabien Roussel plus affaibli encore qu’après les municipales. Dans le contexte d’une gauche balkanisée sur le département, la reconstruction d’une force d’opposition ne sera pas simple.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dimanche soir, dans le Val-de-Marne, la tristesse le disputait à la colère. « C’est catastrophique de voir, en pleine crise sociale, le département passer à droite », soufflait, aux alentours de minuit, l’écologiste Annie Lahmer. « C’est une déception, reconnaissait, lui aussi tard dans la nuit, Fabien Guillaud-Bataille, chef de file du Parti communiste français (PCF) dans le 94. Plus tard, il y aura un débat ardu sur l’interprétation que l’on peut donner à ce scrutin. Mais, pour l’heure, les camarades sont meurtris et tristes, ce n’est pas la peine de rajouter de l’huile sur le feu. »