La relaxe des Femen pour leur action à Notre-Dame confirmée en appel

Par

Le 12 février 2013, en plein débat sur le mariage homosexuel en France et à l'occasion du renoncement du pape Benoît XVI, les militantes avaient fait irruption à l'intérieur de la cathédrale parisienne aux cris de « Pope no more » et « Homophobe, dégage » pour réclamer la fin de la papauté.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La cour d'appel de Paris a confirmé, jeudi 29 octobre, la relaxe de huit membres du mouvement féministe Femen pour la dégradation d'une cloche de Notre-Dame de Paris lors de leur action dans la cathédrale en 2013.