Guadeloupe: qui a tué le syndicaliste Jacques Bino?

Par

Au plus fort du conflit social qui paralysait l'île, lesyndicaliste Jacques Bino était tué d'une balle, le 18 février 2009. Dix jours plus tard, le procureur annonçait qu'un Guadeloupéen était écrouépour le meurtre. En prison depuis treize mois, le suspectclame son innocence. Révélations sur ce dossier, ses mystères et ses pistes peuexplorées.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans la nuit du 17 au 18 février 2009, la mort de Jacques Bino s'est inscrite dans l'histoire antillaise. On se souvient que le syndicaliste a été tué par balle à proximité d'un barrage tenu par des émeutiers. Et que ce drame a marqué un tournant dans la grève générale, lancée par le collectif LKP, qui paralysait la Guadeloupe depuis un mois. D'autant plus que la justice a, très vite, fait état de preuves accablantes contre un Guadeloupéen de 35 ans, sympathisant du mouvement social, aussitôt présenté comme le meurtrier présumé.