mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Mediapart jeu. 29 sept. 2016 29/9/2016 Édition du matin

La Parisienne Libérée : contre l'autisme, « la Méthode ® »

30 mai 2013 | Par La Parisienne Liberee

Cette semaine, la Parisienne Libérée chante le 3e plan autisme, le lobbying des méthodes comportementales et l'intervention politique dans le choix des techniques de soins. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cette semaine, la Parisienne Libérée chante le 3e plan autisme, le lobbying des méthodes comportementales et l'intervention politique dans le choix des techniques de soins.

CONTEXTE
Le troisième plan autisme a été présenté le 2 mai 2013 par la ministre déléguée aux personnes handicapées, Marie-Arlette Carlotti. Il a provoqué la colère de nombreux professionnels du soin, car il semble conditionner l'octroi des budgets au choix des méthodes thérapeutiques. La ministre a ainsi déclaré sur RMC : « Tous les établissements existants auront des postes s’ils s’ouvrent aux méthodes modernes de traitement de l’autisme. »

Le débat théorique porte sur ce qu'on entend par « méthodes modernes ». Celles qui sont aujourd'hui recommandées par les « experts » de la Haute Autorité de santé (HAS), s'appuyant sur les critères discutables de l'EBM (médecine fondée sur les preuves), sont déjà anciennes et parfois remises en cause aux États-Unis depuis plusieurs années. Elles ont par ailleurs été élaborées dans des contextes anglo-saxons où les services publics et l'assurance santé sont très peu développés et où il n'existe pas d'équivalent de notre psychiatrie de secteur.

Marie-Arlette Carlotti avoue elle-même n'avoir aucune compétence particulière dans le champ sanitaire, éducatif ou pédagogique : elle a une formation de ressources humaines et a travaillé comme cadre pour la société d'aviation Eurocopter avant de faire une carrière politique, en particulier comme conseillère générale et comme porte-parole de Jean-Noël Guérini. Par ses prises de position sur l'autisme, elle se fait l'écho de certaines associations de familles ainsi que du groupe d'études autisme à l'Assemblée nationale, qui est co-présidé par Daniel Fasquelle. Ce député UMP avait d'ailleurs déposé le 20 janvier 2012 une proposition de loi « visant à interdire l’accompagnement psychanalytique des personnes autistes au profit de méthodes éducatives et comportementales ».

De nombreux pédopsychiatres, psychologues, psychomotriciens, éducateurs et enseignants spécialisés pratiquent une approche multidimensionnelle du traitement de l'autisme infantile, combinant la psychanalyse et d'autres techniques éducatives et pédagogiques − y compris comportementales, mais pas seulement. Ils dénoncent le manque dramatique de places et de moyens, qui reste le problème principal pour proposer un accompagnement adapté aux enfants autistes − ainsi qu'à tous les enfants souffrant de handicap et de troubles psychiques.

Le collectif des 39, qui s'est constitué en 2008 à la suite du désastreux discours de N. Sarkozy sur la psychiatrie, a réagi à cette situation en organisant des assises citoyennes pour l’hospitalité en psychiatrie et dans le médico-social qui se concluront par un meeting unitaire contre le plan autisme.

Dans le club