Du juste exercice de la force

Par

Un livre du conseiller d’État Christian Vigouroux met en garde contre les risques induits par le culte de la force, critique les cas dans lesquels l’État en fait un mauvais usage et insiste sur la primauté du droit.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Suppression de la police de proximité. Politique du chiffre. Police nationale surarmée. Polices municipales armées. Mort de Rémi Fraisse, tué par la grenade offensive d’un gendarme mobile. État d’urgence prorogé. Militaires patrouillant quotidiennement dans les rues. Loi sur le renseignement. Répression musclée de manifestations contre la loi sur le travail. Violences policières en banlieue. Restriction du droit de manifester. La liste est longue de tous ces faits épars et dissemblables qui témoignent, ces dernières années, de l’accélération et du durcissement des politiques sécuritaires impulsées en France depuis vingt à trente ans, et qui ne sont quasiment jamais remises en question à chaque alternance du pouvoir.