Lobbying pharmaceutique: il n'y a pas que Servier

Par
La thèse d'un médecin généraliste démonte la stratégie des laboratoires pour influencer les experts qui rédigent les guides d'utilisation des médicaments destinés aux praticiens. Conflits d'intérêts, pressions des industriels: les traitements de la maladie d'Alzheimer constituent un exemple caricatural de cette puissance des laboratoires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'affaire Mediator a démontré qu'un laboratoire pouvait vendre pendant des années un médicament inutile, coûteux pour la collectivité et dangereux sans se heurter à l'opposition des autorités de santé publique. Mais ce scandale sanitaire n'est malheureusement pas un cas isolé, comme l'illustre une thèse de médecine soutenue en juillet 2011 à l'université de Poitiers par un jeune médecin généraliste, Louis Adrien Delarue.