Clearstream: les faits contre les fictions

Par

Le jugement rendu dans l'affaire Clearstream n'est pas la victoire d'un homme sur un autre, mais d'un principe sur sa négation. Ce n'est pas la victoire de Dominique de Villepin sur Nicolas Sarkozy, même si, en relaxant le premier, il signe la défaite du second. C'est surtout une victoire de la vérité des faits sur le mensonge des rumeurs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le jugement rendu, jeudi 28 janvier, dans l'affaire Clearstream n'est pas la victoire d'un homme sur un autre, mais d'un principe sur sa négation. Ce n'est pas la victoire de Dominique de Villepin sur Nicolas Sarkozy, même si, en concluant à l'innocence du premier, il signe la défaite du second, qui n'a cessé de vouloir détourner cette affaire à son profit, au mépris de la séparation des pouvoirs et de l'égalité des armes. Non, c'est, bien plus essentiellement, une victoire des faits sur les fictions, de la vérité des faits sur le mensonge des rumeurs, de la réalité factuelle sur les spéculations intellectuelles.
En ce sens, c'est une victoire de la raison contre la déraison, de la justice contre son détournement, de la démocratie contre sa privatisation. Car rendre la justice, ce n'est pas spéculer; c'est, d'abord, démontrer. Dire le droit, ce n'est pas croire; c'est, au préalable, prouver. Sans réalité factuelle, pas de construction juridique. Sans faits, pas de droit. Modèle du genre avec ses 327 pages extrêmement fouillées, toutes de précaution et de rigueur, le jugement de la onzième chambre du tribunal correctionnel de Paris, présidée par Dominique Pauthe avec, pour assesseurs, Cécile Louis-Loyant et Virginie Tilmont, ne s'en tient justement qu'aux faits, les cernant avec une extrême minutie tels qu'ils ressortent du dossier d'instruction et des audiences du procès.
Or quels sont les faits établis, vérifiés, recoupés, incontestables, dans ce dossier ? D'abord qu'il n'y aurait jamais eu d'affaire Clearstream sans le faussaire Imad Lahoud qui, au final, apparaît bien comme le personnage central ainsi qu'en témoigne l'échelle des peines, sa condamnation étant la plus lourde. Ce n'est pas un exécutant secondaire, mais un premier rôle. Lahoud, dit le tribunal, est « un menteur invétéré, un metteur en scène insatiable et un comploteur infatigable » ; « il s'est révélé un redoutable escroc aux renseignements », mettant « son indéniable intelligence et ses compétences professionnelles indiscutables au service d'un arrivisme certain » ; paraissant « s'être installé dès 2002 dans une activité de faussaire », il est « parvenu à se rendre indispensable et insoupçonnable, voire intouchable » auprès de ses protecteurs, aussi bien dans le monde de l'industrie que dans celui du renseignement.
Ensuite qu'à ce faussaire, il faut ajouter un calomniateur : Jean-Louis Gergorin, « l'initiateur et l'auteur principal des délits de dénonciations calomnieuses ». Sous le choc du décès soudain, début 2003, de son mentor, Jean-Luc Lagardère, « il a agi pour satisfaire des intérêts personnels sous couvert de défense de ceux d'EADS et du groupe Lagardère et des impératifs de sécurité nationale ». « Habité par une intention de nuire en partie sous l'influence pernicieuse et néfaste d'Imad Lahoud », c'est lui, et lui seul, qui « a su instrumentaliser les autorités », mettant « en scène ses démarches, leur donnant une apparence de crédibilité et de légitimité ». Ayant perdu contact avec le réel, obsédé par une vision complotiste du monde, prenant ses fantasmes pour la réalité, il n'avait plus qu'une obsession : « Crédibiliser son combat contre un ennemi chimérique par l'utilisation de données dont il connaissait le caractère mensonger. »

Pourquoi Dominique de Villepin est innocent

Deux personnages, pas un de plus, pour une seule et même chimère, construite par l'un, diffusée par l'autre. Tout autour, et le jugement n'en ignore aucun, divers protagonistes qui les ont connus ou croisés, qui ont été sollicités ou démarchés, qui furent piégés ou trompés, alléchés ou manipulés, informés et désinformés, imprudents ou curieux, mais dont aucun élément factuel ne permet d'établir qu'ils ont consciemment et activement participé à la falsification et à la calomnie, aux faux et à leur diffusion. Tous, à des degrés divers, seront utilisés comme paravents ou cautions par les deux coupables désignés qui n'ont cessé de les citer, de les mentionner et de les compromettre afin d'échapper à leurs propres responsabilités.

Tous, loin de là, n'étaient pas sur le banc des prévenus, l'instruction ayant fait un tri incohérent, partiel et partial, en ne retenant, outre le journaliste Denis Robert et l'informaticien Florian Bourges, que Dominique de Villepin afin d'étayer sa thèse d'une manipulation ourdie au sommet de l'Etat. Afin surtout d'affirmer, contre l'évidence même puisque pas moins de 228 personnes physiques ou morales furent victimes de cette calomnie, que la machination n'avait qu'une seule finalité, qu'une cible véritable : Nicolas Sarkozy.