Qu’ont fabriqué les jeunes sur leurs écrans en ces temps confinés?

Par

Moins de connexions frénétiques, plus de sextos et de nudes, du porno mais pas plus qu’avant… Des jeunes de moins de 25 ans nous ont raconté leur vie intime en ligne depuis le début de la crise du Covid-19. Ces témoignages sur leurs pratiques affectives et sexuelles nous éloignent des inquiétudes adultes et viennent illustrer une grande étude sociologique sur la sexualité et le numérique chez les jeunes, à paraître le 9 juin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis le début du déconfinement, ils et elles suscitent chez les adultes une pointe de jalousie ou d’agacement en laissant déborder leur joie de vivre dans les rues de la ville. Observables en duo ou en bande, côte à côte ou déambulant à vélo, piétinant parfois le concept de gestes barrières, en pleine reconquête de leur liberté. Le cliché du mollusque se liquéfiant derrière son écran peut attendre. Pour le moment, c’est l’aventure au coin de la rue.