À l'Assemblée, la cagnotte des groupes politiques échappe à tout contrôle

Par

Les présidents des six groupes politiques peuvent partir l'esprit tranquille en vacances. Le bureau de l'Assemblée a acté, à huis clos, la répartition entre eux de 10 millions d'euros de subventions pour l'année prochaine. Un chiffre en hausse. Le hic : aucun contrôle n'existe sur les dépenses de ces groupes parlementaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il reste une cagnotte, à l’Assemblée, dont personne ne parle. Alors qu’un débat public s’est ouvert sur l’indemnité censée couvrir les frais professionnels des députés (trop souvent détournée), aucun média ne s’est encore penché sur les fonds attribués aux « groupes politiques ». Aujourd’hui au nombre de six, ces structures partisanes organisent le travail collectif entre élus d’un même camp, recrutent des conseillers pour produire notes et amendements, gèrent la communication, etc. Or ces groupes sont gourmands : l’an prochain, l’Assemblée nationale devrait leur distribuer quelque dix millions d’euros de subventions pour leur permettre de fonctionner.