Pour ses vœux, Hollande parle terrorisme et emploi

Par

Le président maintient son cap sur la réforme constitutionnelle et annonce, même si « nous n'en avons pas fini avec le terrorisme », qu'il va tout faire pour l'emploi en 2016.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Nous venons de vivre une année terrible. » Pendant une bonne moitié de ses vœux aux Français, ce 31 décembre 2015, François Hollande s'est complu à faire peur. « La menace terroriste reste au plus haut niveau », a-t-il martelé, avant de se dire « fier » de la « constance », de la « solidarité » et du « sang-froid » de la « France debout ». Le président de la République estime qu'il « doit la vérité » et enchaîne, toujours aussi enthousiasmant : « Nous n'en avons pas fini avec le terrorisme. » Heureusement, il enchaîne en expliquant : « Mon premier devoir, c'est de vous protéger. » Et pour cela, rassure-t-il encore, il agira « à la racine du mal », c'est-à-dire « en Syrie et en Libye ».