Une ex-figure de la mouvance néonazie condamnée pour des menaces de décapitation

Par

Le 30 décembre, Didier Magnien a écopé de quatre mois de prison avec sursis et mille euros d’amende pour des menaces de mort, proférées sur Twitter, contre le sociologue Éric Fassin. La victime regrette que le procureur de Saint-Brieuc ait écarté un procès public en optant pour le « plaider-coupable ». 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il avait tweeté sous son vrai nom, le 17 octobre, au lendemain de l’assassinat de Samuel Paty. S’adressant à l’universitaire Éric Fassin, qui re-partageait un billet de blog publié après les attentats de 2015, Didier Magnien écrivait ceci : « Je vous ai mis sur ma liste de connards à décapiter pour le jour où ça pétera. Cette liste est longue mais patience vous y passerez. Rappelez vous, la révolution n’a pas eu lieu du jour au lendemain. »